February 3, 2021

It's okay to be nervous

Vous êtes encore aux études ou vous venez d’obtenir votre diplôme. 

Vous ressentez de la nervosité. Je le sais. Tout le monde le sait. Et c’est tout à fait compréhensible! 

Forte de 13 ans d’expérience en salle d’opération, je sais très bien comment on se sent lorsqu’on entre en salle d’op dans le cadre d’une première affectation professionnelle ou d’un stage de dernière année. La majorité des étudiantes/étudiants en sciences infirmières n’ayant même pas la chance de vivre une telle expérience, j’aimerais vous rassurer et vous donner quelques encouragements.  

Premièrement, c’est normal d’être nerveux. Je dirais même que c’est bon signe. Si vous entriez en salle d’op sans ressentir la moindre nervosité, je m’inquiéterais. La salle d’op étant un milieu de travail très intense et stressant, une certaine nervosité est de mise. Il faut seulement éviter qu’elle vous envahisse! Faites appel à votre préceptrice/précepteur quand vous commencez à manquer d’aplomb; n’ayez pas peur d’exprimer ce que vous ressentez. Les bons précepteurs analyseront la situation et vous prodigueront l’orientation et le soutien dont vous avez besoin.   

Deuxièmement, les médecins sont humains. En salle d’op, nous travaillons aux côtés d’anesthésistes, de chirurgiens, de résidents et de fellows en médecine. Je comprends tout à fait ce que cela peut avoir d’intimidant, d’autant plus que vous vous retrouvez au bas de la chaîne. Pourtant, je sais d’expérience que les médecins sont des gens comme nous. Nous avons tous de bons et de mauvais jours. Nous enfilons tous nos pantalons une jambe à la fois. Autrement dit, nous sommes tous humains.  

Troisièmement, vous commettrez des erreurs. Se tromper fait partie du processus d’apprentissage. La clé est d’apprendre de vos erreurs. Souvent, les étudiantes/étudiants redoutent de faire une erreur qui nuirait à la chirurgie. En fait, puisque vous nouerez une relation de confiance avec votre préceptrice/précepteur et les autres personnes avec qui vous travaillez, vous serez rarement en position de nuire à une chirurgie – nous travaillons en équipe et chacun est responsable des autres. 

Enfin, vous avez beaucoup plus à offrir que vous le pensez. Ce n’est pas parce que vous êtes aux études que vous devez rester dans l’ombre. Allez-y et faites de votre mieux. Vous aurez un bien meilleur stage si vous mettez la main à la pâte et contribuez à l’équipe. Plus vous vivrez d’expériences, mieux ce sera! 

J’espère vous avoir quelque peu rassuré. Souvenez-vous simplement que même si la perspective de travailler en salle d’op vous effraie, vous intimide et vous stresse, cela vaut la peine d’être vécu.  

Bonne chance en salle d’op.

Article written by 
Lindsey Kraemer
If you found this article entertaining or helpful, please consider sharing it.

Previous Blogs

Inscrivez-vous pour contribuer au blogue de PASI

Préparer l’avenir des soins infirmiers reconnaît que les infirmières et infirmiers du pays vivent et travaillent sur les terres de nos ancêtres autochtones et nous nous joignons à nos membres pour exprimer notre gratitude pour ce privilège.
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram