Vous êtes encore aux études ou vous venez d’obtenir votre diplôme. 

Vous ressentez de la nervosité. Je le sais. Tout le monde le sait. Et c’est tout à fait compréhensible! 

Forte de 13 ans d’expérience en salle d’opération, je sais très bien comment on se sent lorsqu’on entre en salle d’op dans le cadre d’une première affectation professionnelle ou d’un stage de dernière année. La majorité des étudiantes/étudiants en sciences infirmières n’ayant même pas la chance de vivre une telle expérience, j’aimerais vous rassurer et vous donner quelques encouragements.  

Premièrement, c’est normal d’être nerveux. Je dirais même que c’est bon signe. Si vous entriez en salle d’op sans ressentir la moindre nervosité, je m’inquiéterais. La salle d’op étant un milieu de travail très intense et stressant, une certaine nervosité est de mise. Il faut seulement éviter qu’elle vous envahisse! Faites appel à votre préceptrice/précepteur quand vous commencez à manquer d’aplomb; n’ayez pas peur d’exprimer ce que vous ressentez. Les bons précepteurs analyseront la situation et vous prodigueront l’orientation et le soutien dont vous avez besoin.   

Deuxièmement, les médecins sont humains. En salle d’op, nous travaillons aux côtés d’anesthésistes, de chirurgiens, de résidents et de fellows en médecine. Je comprends tout à fait ce que cela peut avoir d’intimidant, d’autant plus que vous vous retrouvez au bas de la chaîne. Pourtant, je sais d’expérience que les médecins sont des gens comme nous. Nous avons tous de bons et de mauvais jours. Nous enfilons tous nos pantalons une jambe à la fois. Autrement dit, nous sommes tous humains.  

Troisièmement, vous commettrez des erreurs. Se tromper fait partie du processus d’apprentissage. La clé est d’apprendre de vos erreurs. Souvent, les étudiantes/étudiants redoutent de faire une erreur qui nuirait à la chirurgie. En fait, puisque vous nouerez une relation de confiance avec votre préceptrice/précepteur et les autres personnes avec qui vous travaillez, vous serez rarement en position de nuire à une chirurgie – nous travaillons en équipe et chacun est responsable des autres. 

Enfin, vous avez beaucoup plus à offrir que vous le pensez. Ce n’est pas parce que vous êtes aux études que vous devez rester dans l’ombre. Allez-y et faites de votre mieux. Vous aurez un bien meilleur stage si vous mettez la main à la pâte et contribuez à l’équipe. Plus vous vivrez d’expériences, mieux ce sera! 

J’espère vous avoir quelque peu rassuré. Souvenez-vous simplement que même si la perspective de travailler en salle d’op vous effraie, vous intimide et vous stresse, cela vaut la peine d’être vécu.  

Bonne chance en salle d’op.

Dear Student or New Graduate, 

You’re nervous. I know you’re nervous. We all know you’re nervous. And it is completely understandable! 

With my 13 years of experience in the operating room, I know first-hand what it is like for a new graduate coming into the operating room, or for a student being preceptored in their senior practicum. Most nursing students don’t even get to experience the OR, so let me ease your nerves a little and give you some encouragement.  

First off, it’s ok to be nervous. Actually, I could argue that it’s a healthy response. If a student or new nurse walked into the OR and wasn’t nervous at all, I would have concerns. The OR is a very intense and stressful environment, so being nervous is the correct response. Just don’t let that feeling overwhelm you! Lean on your preceptor when you start to feel a bit shaky and don’t be afraid to speak up and tell them how you are feeling. A good preceptor should analyze the situation and offer guidance as needed and support when necessary.  

Second, doctors are humans too. In the OR, we work side by side with anesthesiologists, surgeons, residents and medical fellows and I completely understand how that can be intimidating.  Furthermore, being new to the OR, you can feel the pressure of being the lowest on the totem pole. But from my experience, physicians are just like the rest of us.  We all have good days and bad days. We all put our pants on one leg at a time. In other words, we are all human.  

Thirdly, mistakes will happen. It’s part of the learning process so don’t get too hung up on trying not to make a mistake and instead, learn from it. I have had many students scared to make a mistake that may be detrimental to the surgery. Honestly though, as you build a trusting relationship with your preceptor and everyone you are working with, you will rarely be in a position to hinder the surgery – we work as a team, and everyone is responsible for everyone else. 

Lastly, you have way more to offer than you think. You don’t need to hide behind your student title. Get in there, be the best you can be, and try. You will have a way better preceptorship if you are not afraid to get your hands dirty and be part of the team. The more you can experience, the better! 

I hope with this knowledge I was able to ease a bit of your nervousness. Just remember, that even though the OR can be scary, intimidating and stressful, does not mean it’s not all worth it. 

Good luck in the Operating Room!

Library

Recommandez un livre

Préparer l’avenir des soins infirmiers reconnaît que les infirmières et infirmiers du pays vivent et travaillent sur les terres de nos ancêtres autochtones et nous nous joignons à nos membres pour exprimer notre gratitude pour ce privilège.
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram